L’eau de boisson

Nous sommes composés principalement d’eau : 85% de notre poids à la naissance et 60% à 90 ans. 99% de nos molécules sont des molécules d’eau. C’est pourquoi la qualité de l’eau que nous consommons mérite la plus grande attention. En plus de nous hydrater, sa grande capacité de dissolution est très précieuse pour nous nettoyer à l’intérieur quand nous la buvons comme à l’extérieur pour nous laver. Mais c’est aussi une source très importante de polluants.

L’eau est un facteur essentiel de santé.

Voyons d’abord les polluants que l’on peut trouver dans l’eau
> Des nitrates : ils sont suspectés d’être en lien avec des cancers notamment digestifs. La pollution aux nitrates est globale : Les concentrations en nitrates dans les glaces du Groenland ont triplé depuis 1750.
> Des pesticides (insecticides, herbicides, fongicides) : ils sont mis en cause dans la maladie de Parkinson. Ces substances sont cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques et perturbateurs endocriniens.
> Des médicaments et produits chimiques divers. 3 exemples :
– Les perchlorates très présents dans les feux d’artifices, munitions d’armes à feu, airbag, traitement du cuir. Ils sont toxiques pour la thyroïde en inhibant la fixation de l’iode.
– La pilule contraceptive (éthinyloestradiol). C’est un perturbateur endocrinien comme le bisphénol A qui est rejeté par les urines dans l’environnement. Cette pollution que les stations d’épuration n’éliminent pas, affecte la fertilité et la reproduction et s’ajoute aux effets des pesticides.
En France la fertilité a diminué de 31% en 56 ans et près d’un quart des couples rencontrent des difficultés pour avoir un enfant.
– Le chlore est utilisé pour la désinfection de l’eau et comme agent de blanchissement. Il est très toxique. N’oublions pas que le chlore a été l’un des premiers gaz de combat. Il agresse le système respiratoire pouvant provoquer asthme et rhinites allergiques. Si vous avez une fragilité ORL, surveillez votre exposition à l’air des piscines (surtout pour les enfants).

> Des métaux lourd
– L’aluminium est utilisé sous forme de polychlorure ou sulfate pour décanter l’eau et la rendre potable. Son implication dans la maladie d’Alzheimer a été mise en évidence.
– Le mercure, neurotoxique, se concentre dans la chaîne alimentaire aquatique. On le retrouve dans les fruits de mer, les gros poissons ainsi que dans les amalgames dentaires. Après 20 ans, un amalgame ne contiendrait plus que 5% de sa masse initiale de mercure. Où sont passé les 95% qui manquent ?
– Le nickel augmente le risque de cancer des poumons, du larynx, de la prostate, l’asthme et les bronchites chroniques.
– L’arsenic nécessaire à faible dose est toxique à forte dose. Il contamine certaines nappes phréatiques (en Amériques et en Asie)
– L’intoxication au plomb est responsable de baisses du QI, anémie, troubles du comportement, problèmes de rein. Le plomb est toxique quelle que soit la dose, il n’existe pas de seuil de tolérance.

Le mercure dans la chaine alimentaire

> Des particules de plastiques. Elles sont omniprésentes dans notre environnement, contiennent et libèrent des additifs tels que les phtalates et du bisphénol A. De plus les nanoparticules de plastique peuvent provoquer de l’inflammation, traverser les barrières cellulaires et même la barrière hémato-encéphalique ou le placenta. Une fois dans la cellule, elles peuvent modifier l’expression génétique et les réactions biochimiques. L’eau en bouteille est elle aussi souvent contaminée par des micro particules de plastique à cause du processus industriel d’embouteillage.

Même exempte de polluants, l’eau n’est pas forcément bonne pour la santé. En se basant sur la bioélectronique et les recherches de Louis-Claude Vincent, 3 paramètres physico-chimiques doivent être pris en compte pour déterminer la biocompatibilité de l’eau.
> Le pH: Il mesure l’acidité de l’eau sur une échelle de 0 à 14. La neutralité est à 7, l’eau est acide si le pH est inférieur à 7. L’eau idéale est légèrement acide, pH compris en 6 et 7. Si nous buvons une eau alcaline (pH>7), la digestion stomacale, qui se fait en milieu acide, est perturbée et les bactéries pathogènes sont favorisées dans le microbiote.
> Le rH2: C’est le facteur d’oxydoréduction. Il mesure la concentration de l’eau en électrons sur une échelle de 0 à 42. La neutralité est à 28. Au-dessus de cette valeur, l’eau est pauvre en électrons et oxydante, en dessous elle est réductrice. Le rH2 du sang varie entre 21 et 23, le sang est donc réducteur (anti-oxydant) : il limite la formation des radicaux libres responsables des processus de vieillissement. Une bonne eau est anti-oxydante, elle a un rH2 compris entre 25 et 28.

Le chlore ajouté dans l’eau pour la désinfecter augmente fortement son rH2 et la rend oxydante. Inversement si l’eau est trop anti oxydante, elle perturbe le fonctionnement du système immunitaire. « Il faut de la mesure en toutes choses. »
> le : Il mesure la concentration en électrolytes (molécules et atomes ionisés). Plus il est grand, plus la résistance de l’eau est élevée et moins elle contient d’électrolytes. Une eau de qualité a un rô supérieur à 6000 ohm.cm. C’est à dire qu’elle contient moins de 120 mg de résidus à sec (minéraux) par litre. Les eaux supérieures à 200 mg/l ne devraient pas être consommées tous les jours car notre corps fixe mal les minéraux en solution dans l’eau. La majeure partie est éliminée par les reins, ce qui constitue un surcroit de travail dont on peut se passer.

Le pH et la quantité de résidus à sec par litre sont indiqués sur les étiquettes des bouteilles d’eau (sous la composition). Maintenant que vous savez, attendez-vous à des surprises quand vous allez examiner les étiquettes de vos bouteilles !

Résumons: Une eau de qualité, c’est donc une eau dont le pH est compris entre 6 et 7, le rH2 entre 25 et 28 et contenant moins de 120mg de résidus à sec par litre. Ces eaux sont rares, elles favorisent l’élimination des toxines et protègent l’organisme de l’oxydation. Ces eaux sont issues des terrains granitiques ou volcaniques. Exemple: Mont Roucous, Montcalm, Volvic etc.

L’eau du robinet est souvent alcaline, suroxydée (à cause du chlore) et surchargée en minéraux (le calcaire par exemple).

Comment avoir une eau de qualité ?
L’eau en bouteille de plastique devrait rester une solution de dépannage. Au quotidien, il est préférable de vous équiper pour filtrer votre eau du robinet. Il y a 2 moyens efficaces pour filtrer l’eau : les filtres au charbon et l’osmose inverse. Les deux sont souvent combinés pour un meilleur résultat.
– Les filtres Berkey proposent des systèmes de filtration par gravité avec des cartouches de charbon très efficaces.
– Les osmoseurs filtrent très bien aussi par un processus d’osmose inverse. La membrane ne laisse passer quasiment que la molécule d’eau.

Dynamiser et revitaliser l’eau
L’eau est dynamisée et restructurée lorsqu’elle est mise en mouvement, comme dans la nature. On peut le reproduire en créant un vortex (tourbillon) dans la cruche d’eau pendant quelques minutes. La géométrie sacrée (fleur de vie), les cristaux et la pensée positive (prières) peuvent aussi dynamiser l’eau.
Cette eau hydrate mieux les cellules et favorise la détoxification.
Le site navoti propose des systèmes de purification et des systèmes de revitalisation l’eau. https://www.navoti-shop.com

« C’est elle, en effet, qui a créé la Vie et sa mission est de la conserver. Sans elle, au premier plan, rien d’autre n’est possible, rien n’est valable. Le culte de l’eau pure fut le premier culte des hommes car c’était celui de la Vie et de la santé » Louis-Claude Vincent (bioélectronique )

Plus d’informations
J’arrête la pilule, de Sabrina Debusquat, éditions les Liens qui libèrent, septembre 2017
La bioélectronique Vincent de Roger Castell éditions Dangles
https://www.alternativesante.fr/eau/eau-kangen-que-faut-il-en-penser
https://www.lanutrition.fr/bien-dans-son-assiette/aliments/boissons/eau/les-mineraux-de-leau-sont-ils-absorbes-

Back To Top
4 Partages
Partagez4
Tweetez